Gare Nantes-Etat

Gare Nantes-Etat

PLAIDOYER POUR LA VOIE FERRÉE SUR L’ÎLE DE NANTES

Édition du mardi 02 décembre 2008 Philippe GAMBERT. Ouest-France

Deux associations militent en faveur d’une vraie ligne ferroviaire qui traverserait l’île de Nantes et déboucherait sur un pont, avant de rejoindre la gare de Chantenay.
En ligne de mire la Ligne 5.
La Fnaut (Fédération des usagers des transports) et l’Ande (Association nantaise déplacement, environnement) s’invitent dans le dossier concernant les transports en commun sur l’île de Nantes, une zone en plein développement. On le sait, un projet de transport en commun intitulé Ligne 5, sur une voie réservée, doit voit le jour dans les six ans à venir. La municipalité parle aujourd’hui d’un tramway, sans avoir ouvert officiellement le débat ; les Verts réclament un tram-train ; l’UMP, un busway moins cher. Dans toutes ces hypothèses, un pont est nécessaire. Le Modem fait entendre son originalité en réclamant un téléphérique entre Rezé et Nantes, en passant par la pointe de l’île.

Non à un éventuel retard. Dans ce concert d’avis, la Fnaut et l’Ande réclament, elles aussi, un véritable tramway connectable avec les axes ferroviaires traversant l’île (le terme de tram-train semble donc adéquat). « Son financement doit faire partie des promesses liées au « Grenelle de l’Environnement » et sa réalisation ne saurait souffrir de retard. » Et de s’inquiéter : « On évoque 2013. L’absence d’annonce actuelle fait fortement douter du respect de cet objectif. » En préalable, elles estiment qu’aujourd’hui la circulation en transports en commun est trop oubliée dans le développement de l’île.

Créer une vraie desserte ferroviaire. Aux yeux des deux associations, il faut non seulement garder une voie pour y faire circuler des trams-trains mais étudier la création d’une vraie desserte ferroviaire prolongée par un pont vers le bas Chantenay. « Cela permettrait de soulager le trafic (des trains) passant à la gare principale. » Autre avantage cité parmi d’autres : cette voie ferrée « pourrait offrir une alternative au tunnel ferroviaire actuel, en cas d’incident. » Et de conclure : « cette liaison de désenclavement de l’île est donc un enjeu majeur pour le siècle qui vient, et concerne l’ensemble de l’Estuaire. »

Pour le pont, la Fnaut et l’Ande préconisent un ouvrage avec « travée mobile », afin de laisser le passage aux bateaux. À moins, suggèrent-elles, d’accueillir les embarcations sur un autre site.

Ne pas oublier les vélos. En parallèle, les deux associations militent en faveur d’un réseau de circulations douces (vélos) quadrillant le quartier, y compris le long des quais pour pouvoir faire le tour de l’île.

Publicités

%d blogueurs aiment cette page :